La prise de conscience mondiale en faveur de la durabilité et les excès passés de la chimie traditionnelle

A partir de la révolution industrielle et des succès obtenus par la physique et la chimie certains ont cru pouvoir s'affranchir de la nature et la dépasser. Durant la quasi-totalité du 20eme siècle, tout ce qui était artificiel semblait supérieur au naturel et représentait le progrès. La chimie fonctionnait sur la base du "heat, beat and treat" (chaleur, pression, traitements "agressifs"). Les problèmes de pollution, de toxicité, de dangerosité, de ressources naturelles et d'énergie n'étaient pas à l'ordre du jour, ce qui aujourd'hui, après les constats sur les dégâts dans la nature engendrés par cette chimie-là, n'est plus le cas.

Pour les écologistes, et notamment Janine Benyus (qui est à l'origine du mot américain "biomimicry"), auteur de "Biomimicry : Innovation Inspired by Nature" (1997), les humains doivent apprendre à "vivre sur cette planète avec grâce". Le biomimétisme serait donc une réponse possible aux problèmes environnementaux actuels majeurs qui posent la question de la survie, de la durabilité de l'espèce humaine (réchauffement climatique, biodiversité*, fin des ressources fossiles, pollutions diverses, maladies, etc.)

"Il devient indispensable que l'humanité formule un nouveau mode de pensée si elle veut survivre et atteindre un plan plus élevé." Albert Einstein

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site