Le martin-pêcheur

Les derniers Shinkansen, les TGV japonais, sont dorénavant dotés d'un nouveau "nez". L’enjeu était d’optimiser la pénétration dans l’air lorsque le train traversait des tunnels afin d'éviter l'onde de choc ressentie, bruyante et perturbatrice.

Les ingénieurs se sont tournés vers un oiseau, le martin-pêcheur, confronté au même défi lorsqu'il plonge dans l'eau pour attraper ses proies : la transition rapide entre deux milieux de densité différente (pour lui l’air et l’eau), et la nécessité en plus de ne pas trop éclabousser afin de rester discret.

En imitant la forme de son bec pour répondre à l’augmentation subite de résistance de l’air comprimé des tunnels, ils ont réduit la consommation électrique de 15%, augmenté la vitesse de 10% et procuré un meilleur confort sonore aux voyageurs et aux riverains.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site