Bonus postface !

Lors de la recherche de notre sujet de TPE, nous avions contacté le Pr. Gérard Férey, Médaille d'Or CNRS 2010, membre de l'Académie des Sciences et ambassadeur pour l'année internationale de la chimie en 2011, au sujet de sa création chimique, le MIL-101 (qui peut emprisonner 400 fois son volume en CO2 !), car nous avions pensé dans un premier temps la prendre comme sujet d'étude. (Voir le dossier de presse du CNRS concernant le MIL-101 et Gérard Férey son interview télé de 2010 sur Web TV Universcience à télécharger, la conférence de mars 2011 à l'Institut Poincaré, le séminaire de mars 2011 au Collège de France, et celle de juin 2011 en direct de l'Université de Tous les Savoirs, mais aussi la page "Les zéolithes").

Malgré une actualité chargée (la prochaine remise de sa Médaille d'or du CNRS en décembre 2010), M. Férey nous a répondu immédiatement avec une bienveillance et une indulgence sans limites …

Par la suite, notre sujet d'étude a changé mais M. Férey ne nous a jamais "abandonnés", tout en nous transmettant sa passion pour la chimie et les sciences en général.

Nous souhaitions donc lui adresser un immense merci, à la hauteur de son engagement et de son enthousiasme pour la chimie, de ses encouragements chaleureux, de son intelligence de cœur, de sa gentillesse et … de sa simplicité (qui nous l'espérons ne souffrira pas trop de cette tirade !).

Par ailleurs, à la fin de ce travail, une double question nous est apparue : le biomimétisme est-il l'avenir de la chimie ou l'avenir du biomimétisme dépend-il de la chimie ?

Pour y apporter des éléments de réponse, nous nous sommes permis de la poser à Gérard Férey. Il nous a autorisés à insérer sa réponse. Voici donc un extrait de ce qu'il a répondu à l'un d'entre nous :

Double question difficile parce que trop manichéenne. Rien n'est jamais ni noir, ni blanc. Comme tu le fais d'ailleurs remarquer dans ton essai, le biomimétisme est un thème qui doit intéresser tous les spécialistes des sciences dures dans une approche pluridisciplinaire. Cela est essentiel. Nul n'a la science infuse... Mais, puisque tu sembles vouloir te focaliser sur la chimie - ce qui n'est pas pour me déplaire même si, toute ma vie, j'ai été pluridisciplinaire ! -, je répondrai séparément aux deux points de ta question, sans les opposer.

"Le biomimétisme est-il l'avenir de la chimie ?" Ta question est un peu trop binaire. Ne t'attends pas à ce que je te réponde oui ou non. Ce serait un peu court ! Comme aurait dit Cyrano de Bergerac... La chimie est trop vaste pour réduire son avenir au seul biomimétisme, et nous savons encore tellement peu de choses ! En termes statistiques à partir des éléments de la classification périodique, on estime actuellement que seulement 5% des combinaisons possibles ont été découverts en termes de produits, sans compter, après, toutes les variations possibles sur les composés découverts qu'autorise l'approche biomimétique... Je dirai donc plutôt que le biomimétisme va être une nouvelle source d'inspiration pour les chimistes créateurs, à côté de celles existant déjà. En termes de création, il n'y a pas que les nouveaux produits qui comptent. Il y a aussi les différents modes de synthèse permettant d'arriver à ces produits et là, il n'y a de limite que l'imagination des chimistes en jouant sur les paramètres pertinents de la chimie (température, pression, concentrations, cinétique, solvants etc...). Un bel exemple est fourni par les matériaux nanostructurés dont tu parles. Ce n'est pas par une synthèse classique qu'on les obtient, mais en passant par une étape sol-gel... Nous autres chimistes en sommes de plus en plus conscients et utilisons maintenant cette nouvelle approche, ENTRE AUTRES ! Il en va de la chimie comme d'une palette de peintre où il peut générer des infinités de couleurs... Mais l'avenir de la chimie devra aussi désormais tenir compte de la non-toxicité des produits que nous créons.

"L'avenir du biomimétisme dépend-il de la chimie ?" Alors là, OUI. Clairement !! Pour une raison simple : les chimistes sont seuls les créateurs de matière, avec la virtuosité qu'ils ont déjà acquise au fil des années. Comme je l'ai dit, eux seuls savent considérer la matière, quand ils l'ont comprise, comme un jeu de Lego, et leur fantaisie et leur curiosité sont alors sans limites. L'interdisciplinarité – indispensable ! - ne vient qu'après, avec les physiciens, les biologistes, les médecins, sous forme de discussions et de collaborations. Souviens-toi de ce que j'ai dit à la cérémonie de la Médaille d'Or. Le chimiste crée de la matière et fait des produits INTERESSANTS. Ils deviennent utiles dès que l'interdisciplinarité fait ensuite son oeuvre, avec la mise en évidence des propriétés applicables. La production industrielle, terme ultime de l'utile, peut alors intervenir...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×